betty's blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 13 mars 2012

LA BOUCLE EST BOUCLEE

Bangkok, mardi 13 mars 2012

Ca y est, je suis à Bangkok depuis ce matin. Je suis donc arrivée à mon point de départ.

La pluie tombée samedi à Nong Khai a bien fait chuter la température et la petite laine n'était pas superflue le matin. Les adieux aux copains et copines se sont fait hier car presque tout le monde partait.

Mon train est bien parti à l'heure à 18 h 20 et les couchettes ont été installées peu après le départ. Pour être sûre de bien dormir, j'avais pris un somnifère qui s'est montré efficace de 20 h à 1 h 30 heure à laquelle je me suis réveillée pour me rendormir vers 3 h 30 et me réveiller définitivement à 5 h 30

L'arrivée était prévue à 6 h 30 ce qui devait me permettre d'éviter les embouteillages du matin. Manque de chance, le train n'est arrivé qu'à 9 h. J'ai eu du mal à trouver un taxi à la gare, entre ceux qui ne voulaient ou ne connaissaient pas mon hôtel et ceux qui refusaient de brancher le compteur (c'est la grande mode en Thaïlande de fixer un forfait doublant, voire triplant, le prix). J'ai d'ailleurs fini par céder mais à un prix « raisonnable ». L'hôtel est situé juste à côté de l'ambassade de France mais il n'y a pas de restaurants dans les environs, hormis les étals de rue.

En arrivant, j'ai pris une douche et suis immédiatement ressortie en direction de Chinatown à pieds, ce qui représente une bonne marche. Je pensais acheter un sac (eh oui je suis en manque) mais rien ne m'a séduit. J'en ai profité pour faire régler mes lunettes que j'avais achetées là l'année dernière. Ensuite, je suis rentrée par le fleuve par le bateau-navette où la chaleur est presque supportable.

Sur les conseils de Denis, je me suis arrêtée à River City, grand centre commercial sur 3 ou 4 étages dédié aux antiquités orientales et quelques boutiques de luxe. J'ai trouvé cela assez sinistre, désertique avec de nombreux emplacements à louer (ce doit être très cher). Puis j'ai regagné mon hôtel, après avoir erré à la recherche d'un restaurant. J'ai donc fini par prendre un plat au marchand de rue en face de l'hôtel (les prix du restaurant de l'hôtel sont prohibitifs).

Je pensais aller à la piscine mais il fait beaucoup trop chaud. Je me suis endormie 30 mn. Je vais rester dans ma chambre jusqu'à ce soir car je suis incapable de tenir dehors par cette chaleur et cette pollution. J'ai quand même marché plus de 3 h ce matin.

Ce billet est probablement ma dernière intervention sur mon blog avant mon retour après-demain. D'autant plus que l'hôtel ne fournit pas le wifi gratuit, comme c'est le cas partout en Thaïlande, même dans les établissements les plus modestes. C'est la 2ème fois que je rencontre ce cas, la 1ère était avec l'escroc italien de Sukkothaï.

A très bientôt.

samedi 10 mars 2012

FRAICHEUR THAILANDAISE

Nong Khai, samedi 10 mars 2012

Ce matin, j'ai été réveillée à 5 h 30 par... la pluie, en avance d'un mois sur la saison. Il a plu et tonné sans discontinuer toute la journée. Résultat : baisse de la température de 15/20°, ce qui fait du bien mais oblige à ressortir la petite laine et les chaussettes. Cela nous permis de passer la journée « à refaire le monde » avec une petite bande ce copains et copines, français, anglais et hollandais de 26 à 65 ans. Un des français devait partir aujourd'hui pour Chiang Mai ; quand il a vu les prévisions météo annonçant 3 jours de pluie à Chiang Mai, il a renoncé à y aller et reste ici où le beau temps devrait revenir demain. Toute la petite bande a prévu de partir lundi.

Hier, je suis allée à la gare pour acheter mon billet de train. Je partirai pour Bangkok lundi par le train-couchettes de 18 h 20 et arriverai à 6 h 30. J'ai aussi réservé un hôtel pour les 2 derniers jours. J'ai choisi un hôtel confortable avec piscine. Au moins, si je n'ai pas le courage de sortir dans Bangkok, je pourrai me réfugier à la piscine et au pire dans ma chambre climatisée. Actuellement, à Bangkok il fait 36° et les prévisions pour samedi sont de 41° !Il est temps de rentrer...

Je surveille les prévisions météo de Paris et je constate avec plaisir une remontée des températures. Je suis contente de bientôt retrouver ceux/celles que j'aime.

Je ne pense pas revenir sur ce blog avant mon retour à Bangkok.

mercredi 7 mars 2012

SCULPTURES MONUMENTALES

Nong Khai, mercredi 7 mars 2012

Hier, rien de spécial. Une petite promenade le matin mais la chaleur m'a vite fait revenir au jardin de la GH qui n'est pourtant pas très tranquille depuis mon arrivée. Effectivement, toute la journée des ouvriers travaillent à l'élagage des arbres. Ils coupent même de grosses branches. Je me dis qu'ainsi il y aura moins d'ombre au-dessus des toits des bungalows mais Julian, le propriétaire, m'a expliqué que c'était nécessaire tous les ans au mois de mars pour éviter que bientôt, à la saison des pluies, les arbres se chargent d'humidité ce qui provoque une prolifération des moustiques. En tout cas, il ne fait pas bon de rester dans le secteur. Heureusement, les abris aux toits de chaume devant le Mékong sont toujours accueillants.

Hier soir, je suis allée au marché de nuit dans l'intention de diner sur les étals de rues. Il y avait d'appétissants morceaux de poulet ou des poissons grillés au barbecue mais les portions étaient trop grosses pour mon petit appétit. De plus, il y avait peu de tables pour s'installer. Je suis donc rentrée diner à la GH d'un tom Kaa Gai (soupe au lait de coco, citronnelle, galanga).

Ce matin, avant l'arrivée de la grosse chaleur, j'ai décidé d'aller visiter le parc de sculptures situé à 15-20 mn de tuktuk. Les sculptures monumentales (souvent de 15-20 mètres de haut) d'inspiration bouddhiste et hindoue sont impressionnantes. Il est dommage que les explications ne soient qu'en langue thaïe car il y a une symbolique qui aurait mérité un décryptage.

Au déjeuner, je me suis régalée d'un curry vert accommodé aux goûts européens, c'est-à-dire pas excessivement pimenté.

NB : j'ai ajouté des photos à mon message précédent.

lundi 5 mars 2012

LE MEKONG ET SON COROLLAIRE LES MOUSTIQUES

Nong Khai, lundi 5 mars 2012

Hier matin, j'étais à la gare routière de Phitsalunok à 7 h 20 pour le car de 8 h. Mais l'imprimé était surchargé et je ce que j'avais pris pour un 8 était un 9. J'ai donc attendu longuement, d'abord l'ouverture du guichet, ensuite le car. La chance m'a sourie car j'ai rencontré un couple de retraités français qui faisait le trajet. Ce sont de grands voyageurs en Asie (7 fois au Népal par exemple) et comme ils sont déjà allés à Khon Kaen, ma destination, je les ai suivis à leur hôtel, qui était recommandé dans le LP. Quasi-luxueux : immense chambre avec réfrigérateur, TV (mais pas TV5 Monde), bureau, guéridon avec 2 fauteuils, salle de bains avec baignoire (la 2ème) et clim (mais cette fois réglable et éteignable). La chaleur était tellement intense que je suis vite rentrée dans ma chambre après un repérage du quartier. Khon Kaen est une grande ville dynamique, qui possède la plus grande université de l'est de la Thaïlande. Mais, comme toutes les grandes villes, il y a énormément de pollution accentuée par la chaleur (38° à l'ombre quand il y en a...).

Ce matin, j'ai pris un car pour Nong Khai, petite ville s'étendant le long du Mékong, à la frontière laotienne. Sur les conseils de Denis, je suis allée à la Mut Mee Guest House où j'ai attendu 1 h 30 avant d'avoir une chambre disponible. Je suis installée dans un bungalow en bois. Si le grand lit est à baldaquin avec moustiquaire, la chambre est petite, sans placard pour le rangement et la salle de bain des plus sommaires avec le WC sans chasse d'eau ; on verse de l'eau puisée dans un grand bac d'eau. Et les prix ont augmenté. Le grand intérêt de cette GH est le jardin ombragé au bord du Mékong qui apporte de la fraicheur. De plus, comme le patron est anglais ou américain, la clientèle est essentiellement anglophone. J'y ai retrouvé l'anglais rencontré il y a 2 semaines à Tathon.

Autre avantage de cette GH, il y a une librairie d'occasion où j'ai pu échanger mon dernier livre (polar) contre un autre, moyennant un supplément quand même (il faut que tout le monde vive).

A partir de 16 h, je suis allée me promener dans la ville, somme toute semblable à toutes les villes thaïes mais un peu moins polluée car petite. Il y a une belle promenade aménagée le long du Mékong avec de nombreux restaurants. Ma GH fait également restaurant. Je ne sais pas si j'aurai le courage de rester là une semaine. Je verrai bien. Pour le moment, il est 19 h et je me fais dévorer par les moustiques.

samedi 3 mars 2012

MAIS OU EST LA BEAUTE THAILANDAISE ?

Phitsanulok, samedi 3 mars 2012

Décidément les villes thaïlandaises n'ont pas la cotes auprès de moi.

Arrivée hier à 11 h à Phitsanulok, je suis d'abord allée au guichet pour m'enquérir des horaires de cars de ma prochaine destination, Khon Kaen. Ensuite un tuktuk conduit par une charmante dame m'a déposée à la GH conseillée dans le Lonely Planet. En fait, c'est un hôtel traditionnel (pourquoi s'appelle-t-il guest-house ?) où j'ai une chambre claire avec climatisation et TV toujours très bon marché.

J'ai fait un tour dans les environs mais suis rentrée rapidement pour cause de chaleur intense (à midi) et laideur ambiante. J'ai essayé de réitérer une sortie hier soir mais la chaleur n'avait pas diminué malgré le coucher du soleil et la beauté n'était toujours pas apparue... Je me suis donc installée, comme pour le déjeuner, au petit restaurant attenant à l'hôtel. C'est un petit havre « européen » (mais fréquenté par les jeunes locaux) qui propose, outre une carte thaïe, d'excellentes pâtisseries maison. De plus, c'est climatisé, mais à la façon des pays chauds, c'est-à-dire nécessitant de porter un vêtement pour se protéger du froid excessif. Pour une fois, j'ai donc pris un dessert : un délicieux crumble aux pommes servi avec une crème anglaise à part. Ce n'est pas vraiment thaï mais c'est au moins bon pour mon moral qui en a bien besoin.

Heureusement que mon lit était douillet car la chaleur n'a pratiquement pas baissé pendant la nuit et je me refuse à mettre la climatisation autrement que quelques minutes de temps en temps pour rafraichir la chambre.

Ce matin, armée de courage, je suis allée marcher le long de la rivière (sans grand intérêt) jusqu'au célèbre temple, le « wat Phra si Ratana Mahathat » possédant la plus vénérée statut de Bouddha de Thaïlande. Comme l'indique le LP, c'est une grande foire. De nombreux stands et vendeurs ambulants vendant toute sorte de choses, troupeaux de touristes de voyages organisés, etc.

Je voulais aller visiter le musée folklorique présentant des outils et ustensiles de cuisine de l'Isan mais comme tout va de travers ici, il n'est ouvert que 2 jours par semaine et ce ne sont pas les miens.

Au retour, j'ai essayé de me promener dans la ville mais la chaleur devenait difficile à supporter (le site météo indique 38° à Phitsalunok) et rien n'arrêtait mon regard. Je me suis donc, comme hier, réfugiée dans ma chambre où je vais rester jusqu'à mon départ demain matin à 7 h, à part une descente au restaurant de l'hôtel. J'ai eu le plaisir d'avoir un appel téléphonique sur Skype de Denis qui pèle de froid en Chine (-4°).

Je crains que ma prochaine étape soit à la hauteur de celle-ci car il s'agit encore d'une très grande ville mais c'est le passage obligé pour Nong Khaï.

NB : de plus, j'ai raté les photos du temple. Vraiment mauvaise pioche !

jeudi 1 mars 2012

PHRAE ; MINI LUANG PRABANG ?

Phrae, jeudi 1er mars 2012

Journée tranquille hier à Nam où la chaleur m'a obligée à rester cloitrée l'après-midi. Comme les bêtes sauvages, je ne suis sortie que le soir pour ma pitance. Les temples sont d'ailleurs plus beaux la nuit avec les éclairages. Je n'ai pas pu faire de photos car mon appareil a méchamment affiché « batterie vide ».

Auparavant, j'étais allée à pied à la gare routière pour voir les horaires de cars pour Phrae. Comme elle est située à environ 20 mn de marche, je souhaitais demander à la GH un taxi pour m'emmener ce matin car avec la valise, ce n'est pas facile de marcher le long d'une route à grande circulation sans trottoir. Hélas, les 2 jeunes filles qui sont de permanence à la réception dans la journée partagent leur temps entre la sieste et le papotage-ricanement et ne parlent pas un mot d'anglais. J'étais donc harnachée, prête à partir à pied ce matin à 7 h (s'il fait une chaleur d'enfer dans la journée, il fait un froid de loup la nuit et le matin). Heureusement, la dame qui fait les petits déjeuners, bien que non bilingue, a compris le mot « taxi » et a téléphoné pour en appeler un. A ma grande surprise, c'était encore une moto. Je n'avais pas trop le choix : la moto devant entre les jambes du chauffeur (en l'occurence une chauffeuse) et moi derrière. Heureusement, le trajet était court. Quand je suis arrivée, j'ai demandé le nom de ma destination, Phrae, et on m'a dirigée vers un minibus prêt à partir.

Après 2 h de route de montagne, je suis arrivée à Phrae. Que dire de Phrae ? Le Lonely Planet dit que la ville rappelle Luang Prabang au Laos. Peut-être, mais avec de l'imagination.

J'ai pris un hôtel recommandé par le LP qui a l'avantage de ne pas être loin de la gare routière. Son autre avantage est son prix : 300 baths (7,50 €). Ca baisse tous les jours ; avec un peu de chance peut-être qu'à la fin de mon voyage on me donnera de l'argent avec la chambre. Mais ne rêvons pas. En tout cas, la qualité du matelas n'est pas à inscrire parmi les points positifs. J'ai l'impression d'être directement sur une planche. Je ne sais pas comment je vais arriver à dormir. L'inconvénient de cet hôtel est qu'il est loin de la ville ancienne à visiter. Je suis donc partie en exploration ce matin, sachant que ce ne serait pas possible l'après-midi à cause de la chaleur. Il est vrai que les rues sont larges avec de la verdure, des temples et de jolies maisons en bois. Si seulement, il y avait quelques inscriptions en anglais... Ici, l'anglais est inconnu. En revenant de la vieille ville, j'étais perdue et j'ai demandé à plusieurs personnes « bus station » (ce n'était pas loin) mais on m'a regardé comme une martienne. Idem pour manger. La Thaïlande hors des sentiers battus, comme le demandent certains touristes dans VoyageForum, c'est bien mais il y a de grands moments de solitudes. Force est de constater qu'à Phrae, les sentiers ne sont pas souvent battus par les touristes.

Demain matin, je repars pour Phitsalunok un peu plus au sud (mais quand même dans le nord de la Thaïlande) à 3 h de route, avant de bifurquer vers l'est. J'espère que d'ici là ma bronchite me laissera en paix (merci la clim de Nan).

mardi 28 février 2012

NAN

Nan, mardi 28 février 2012

Hier soir, j'ai erré longtemps en quête d'un restaurant affichant une carte en anglais. Je me suis donc retrouvée dans un petit restaurant proche de mon hôtel. Le serveur ne parlant pas anglais, il a été chercher une cliente thaïe parlant anglais. Elle m'a donc aidée à faire mon choix et quand je lui ai dit que j'étais française, elle m'a invitée à sa table rejoindre son mari et ses amis québécois. J'ai donc passé un diner très sympathique. Heureusement que j'avais demandé « juste un petit peu épicé », je n'ai pas pu finir.

Le retour a l'hôtel s'est assorti de quelques désagréments. D'abord, douche froide malgré la belle baignoire. Puis une fête, probablement mariage, dans les locaux de l'hôtel ont troublé mon repos et enfin, climatisation impossible à éteindre, ce qui fait que j'ai toussé toute la nuit. Heureusement, il ne semble pas que je sois malade aujourd'hui.

Ce matin, je suis allée à pied à la gare routière pour prendre mon car pour Nan. J'étais la seule occidentale dans ce car qui était d'ailleurs peu rempli. Les paysages dans la montagne sont superbes. Je suis arrivée à 12 h 30, soit après 4 h 30 de trajet. J'ai pris un santaew qui m'a déposé à la GH que j'avais repéré sur le LP. Les informations mentionnées sur le guide ne sont plus à jour puisque le propriétaire n'est plus un australien mais une famille thaie. Elle est située au fond d'une allée, donc à l'écart de la rue, dans un quartier tranquille proche des temples à visiter. La chambre avec salle de bains, réfrigérateur et TV ne coûte que l'équivalent de 8 €. Pourvu que ça dure !

J'ai fait un repérage cet après-midi malgré la chaleur écrasante. La petite ville de Nan est tranquille mais je ne sais si j'aurai le courage de ressortir ce soir. J'ai réservé pour 2 jours.

lundi 27 février 2012

PHAYAO, LE LAC

Phayao, lundi 27 février 2012

Samedi soir, en allant chercher ma pitance, j'ai entendu un « hello Betty » ; c'était Paul, l'américain, attablé à une terrasse avec un ami hollandais retraité marié à une thaïe (tenancière du bar). Au cours de la discussion, ils m'ont appris qu'il y avait le marché de nuit du samedi. Toute une rue est coupée à la circulation pour permettre l'installation de stands de vêtements-colifichets et nourriture. C'est la promenade vespérale hebdomadaire des habitants de la ville. Bien sûr, j'y ai rencontré mes copines flamandes ainsi que la belge sculptrice sur fruits. Tout ce petit monde fait comme moi : quitte Chiang Rai pour Bangkok, la plage, la Belgique.

Hier, la journée a été grise. Le ciel était couvert et sans le soleil l'air n'est pas très chaud.

Ce matin, après les adieux à mes copines flamandes (on se reverra peut-être en Belgique), je me suis rendue à pied à la gare routière de Chiang Rai qui a l'avantage d'être en centre ville (habituellement elles sont à l'extérieur des villes). Mon car était prévu à 9 h 30 (il était 9 h 10) mais il est rare que les horaires soient respectés. Il est parti à 10 h 30 probablement en attente de remplissage. Le trajet était prévu pour 2 h mais n'a mis qu'1 h 40. J'ai décidé de faire escale une journée à Phayao afin d'éviter un long trajet de 6 ou 7 h jusqu'à Nan (nord-est de la Thaïlande).

En descendant du bus, je n'ai pas vu la noria habituelle de taxis et tuktuks. J'étais un peu inquiète car je ne savais pas où se trouvait l'hôtel que j'avais repéré sur le LP (pas de plan). Aucune indication en anglais et personne ne parle anglais. Quelqu'un s'est quand même décidé à m'aborder et j'ai montré le nom de l'hôtel sur mon guide. Il m'a fait signe de l'attendre et quelle n'a pas été ma surprise de le voir arriver... en moto. Il m'a fait signe de mettre ma valise et moi à l'arrière de la moto. J'étais désemparée car c'était la valise OU moi, mais en aucun cas les deux. Un chauffeur de taxi est quand même arrivé et après négociation du prix (de 100 baths demandés, j'ai topé à 60, soit de 2,50 € à 1,50 €) pour m'apercevoir 2 mn après que j'étais arrivée. En fait, c'est à 5 mn de marche.

L'installation à l'hôtel (pas de GH) a été une agréable surprise, bien que pas de personnel bilingue. Une grande chambre avec 2 lits ou un grand au choix, climatisation, réfrigérateur, TV et vraie salle de bains avec baignoire (je n'en ai pas vue depuis 2,5 mois), pour l'équivalent de 11 €.

J'avais l'intention d'attendre la fin de l'après-midi (moins chaud) pour partir en repérage dans la ville mais ma curiosité et la faim l'ont emporté. Il faut dire qu'il fait très chaud entre 13 et 15 h. Devant la gare routière, j'ai rencontré un copain de la GH de Chiang Rai qui venait de passer quelques jours à Phayao. Il m'a laissé son plan de la ville (difficile à trouver). J'ai marché jusqu'au lac à l'opposé de la ville, soit au sud. C'est le plus grand lac (artificiel) de Thaïlande et cela ressemble à une station balnéaire avec ses restaurants sur le front, ses petites rues avec jolies maisons.

Ce soir, j'irai tester un des restaurants réputés du bord du lac et demain matin, lever matinal pour prendre le car de 8 h.

vendredi 24 février 2012

RETROUVAILLES

Chiang Rai, vendredi 24 février 2012

Ce matin, je suis allée à la gare routière, en centre ville, pour voir les horaires de cars en vue de ma prochaine étape quand j'ai eu la surprise d'entendre « hello Betty ». C'était mes 2 copines flamandes qui venaient de descendre du car. Bien sûr, elles cherchaient une guest-house. Je les ai donc emmenées dans la mienne en renvoyant le tuktuk puisque le trajet n'est pas long. Coup de chance, comme nous étions en début de matinée, il restait de la place (c'est plein en principe à partir de 11 h).

Ensuite, je suis retournée à la gare routière pour les horaires et là encore, je tombe sur la belge sculptrice sur fruits rencontrée hier, que j'ai revue 2 h plus tard dans un magasin.

Puis, j'ai erré le nez en l'air et je me suis perdue. Il faut dire qu'en Thaïlande les noms de rues sont rarement indiquées et il est inutile de demander son chemin à un thaï, il répond systématiquement n'importe quoi pour ne pas nous décevoir sur le moment. Inutile non plus de lui montrer un plan, il ne sait pas le lire. Nous avons au moins un point commun... Bien sûr, j'ai fini par me retrouver à la GH dégoulinante de sueur (il était 12 h 30).

J'ai demandé à la GH, qui fait office également d'agence de voyages comme toute les GH, des suggestions de tours organisés sans marches difficiles compte tenu de mes difficultés respiratoires. Elle m'a proposé une location de voiture avec chauffeur à condition d'être plusieurs, par exemple mes 2 copines flamandes, pour l'équivalent de 40 € par personne sans l'essence, ce qui est très cher pour le pays. Mes copines se sont renseignées dans des agences de voyages en ville et ont trouvé la même prestation pour 20 € essence comprise, soit une voiture avec chauffeur, sur un trajet défini entre nous et l'agence, venant nous chercher à notre GH demain à 9 h et nous ramenant à 17 h 30.

Ce soir, je ne retourne pas diner au marché de nuit. 2 soirs de suite sont amplement suffisants. Je vais probablement prendre un plat dans une cantine du quartier. Demain, j'aurai probablement des choses à raconter sur ma journée.

jeudi 23 février 2012

SCULPTURE SUR FRUITS

Chiang Rai, jeudi 23 février 2012

Hier soir, comme prévu, je suis allée au marché de nuit. Comme dans toutes les villes, c'est un grand piège à touristes avec les étals de pacotille habituels. Mais, l'intérêt de celui-ci est les étals de nourriture alignés de part et d'autre d'une immense place sur laquelle des petites tables et chaises sont installés. On achète les plats qu'on désire (très bon marché) et on s'installe où l'on veut. 2 musiciens sont installés sur une scène au bout et jouent une musique sirupeuse. Leur pause est la bienvenue. Je craignais que ce ne soit un autre piège à touristes mais je constate que la clientèle est plus locale qu'occidentale. En dessert, je me suis octroyée un excellent shake de mangue fraiche. Au retour, je suis passée devant la « tour de l'horloge », grand monument doré avec une horloge. Le soir, elle s'illumine et passe par des jeux de lumières de couleurs différentes, en émettant une musique. Vu le nombre de personnes, surtout touristes, stationnant devant, il semble que ce soit une attraction attendue chaque soir.

Ce matin, à 8 h 30 comme convenu, Paul est venu me chercher pour le petit déjeuner au petit restaurant d'une GH dans le quartier. Je me suis régalée d'une excellente crèpe (pancake) à l'ananas. Ensuite, il m'a remis une plaquette avec une suggestion de tour des temples de la ville et lui-même a enfourché sa moto. Je suis donc partie à pied munie du plan, mais c'était sans compter sur mon incapacité à lire un plan. D'autant plus que les noms de rues ne sont jamais indiqués. J'ai donc marché le nez au vent et suis tombée sur le grand marché de la ville. J'adore les marchés, particulièrement en Asie où l'on trouve des produits inconnus (de moi). Ensuite, comme il commençait à faire chaud, j'ai abandonné mon projet initial et suis rentrée à la GH où je me suis installée dans le jardin, sous les arbres. J'y ai rencontré une franco-belge d'une cinquantaine d'année faisant de la sculpture sur fruit, en l'occurence une pastèque. Elle vient en Thaïlande tous les ans plusieurs mois depuis 20 ans et parle thaï.

Ce soir, je retourne au marché de nuit, ne serait-ce que pour m'acheter des sandales pour remplacer celles que j'ai achetées la semaine dernière à Chiang Mai. Vive la marchandise chinoise ! Pas de nouvelles de Paul.

mercredi 22 février 2012

AN AMERICAN IN CHIANG RAI

Chiang Rai, mercredi 22 février 2012

Comme je le subodorais, le paradis devient vite ennuyeux. D'abord parce qu'il est désert. Le petit village ferme ses boutiques et restaurants dès la nuit tombée, c'est-à-dire vers 18 h 30. De plus, je n'ai pas compris tout le film, la patronne de la guest-house m'a dit hier que je devais laisser mon bungalow car il était réservé. Elle m'en a proposé un autre dans le jardin, mais je tenais à la terrasse sur la rivière. J'ai donc hérité de celui d'à côté absolument identique. Je n'ai pas cherché à élucider. Mes copines flamandes sont parties ce matin pour ? (j'ai oublié le nom) où elles trekent à qui mieux mieux et elles rejoindront Chiang Rai dans 3 jours.

Je voulais me rendre à Chiang Rai par la route pour ne pas avoir à porter ma valise mais c'est un peu compliqué. Il faut prendre 3 véhicules différents : un santaew jusqu'à Fang (15 km), un car pendant 50 km, puis un autre car. J'ai donc opté pour le bateau qui met le même temps (3 h).

J'ai failli ne pas partir faute de passagers. Il faut au moins 4 passagers pour que le bateau parte. Or, nous n'étions que 2. Il nous a donc été demandé un supplément pour pouvoir partir. C'est ainsi que j'ai fait connaissance de Paul, un américain de la cinquantaine. Nous n'étions que 2 (à part le conducteur) l'un derrière l'autre. La descente d'une rivière est toujours un agréable moment. Nous étions entourés de montagne et avons longé des villages tribaux.

Nous sommes partis à l'heure (12 h 30) et arrivés en avance. Paul qui connait bien Chiang Rai pour y être venu plusieurs fois, m'a conseillé une ou deux GH. Malheureusement, l'une était complète et il ne restait qu'une seule chambre dans l'autre, que j'occupe. Paul est parti en chercher une autre ailleurs. La mienne (mentionné dans le Lonely Planet) présente deux avantages : elle se trouve au fond d'une impasse, donc loin du bruit de la rue, et dispose d'un agréable jardin. Elle est également bon marché (10 €). Bien sûr, pour ce prix je n'ai pas le bungalow de charme des 2 précédentes mais une chambre simple avec douche dans un bâtiment de plain pied (elles sont toutes mitoyennes). Pour le moment, j'ai réservé 2 jours, sachant que Chiang Rai est une assez grande ville qui propose de nombreux centres d'intérêt. Je pense rester plus longtemps mais je verrai à l'usage si je reste là ou si je change de lieu.

J'ai fait un petit tour pour commencer à repérer les lieux. Je ne crois pas faire vraiment couleur locale, mais 2 anglophones m'ont demandé leur chemin. Cherchez l'erreur...

Paul m'a proposé de venir avec lui en moto comme passagère mais je ne veux pas prendre le risque d'un accident. Je me contenterai donc de marcher dans la ville qui a l'avantage d'être plate. Comme il a rendez-vous avec un ami pour diner, il m'a proposé de venir prendre le petit déjeuner demain matin et me faire faire un tour de la ville. Je sens que je vais faire des progrès en anglais. Pour le moment, l'accent américain est difficile pour moi.

Ce soir, je vais diner au marché de nuit.

lundi 20 février 2012

LE PARADIS EXISTE, JE L'AI RENCONTRE

Thaton, lundi 20 février 2012

Hier pour ma dernière soirée à Chiang Dao, j'ai diné au restaurant gastronomique de la GH et si j'avais un doute sur la formation britannique de la cuisinière, je suis obligée de réviser mon jugement. C'était délicieux. Chichiteux mais délicieux. Rien de thaï, plutôt « nouvelle » cuisine française.

Ce matin, après un somptueux petit déjeuner (comme tout dans ce mini-resort), j'ai pris le santaew venu me chercher pour aller à la gare routière à 15 mn de route. Curieusement, le car était à l'heure : 10 h 30 pile. Bien que local, il était très confortable, propre et moderne, avec un siège par passager et sans cette maudite climatisation (que des ventilateurs). Le paysage était superbe, une alternance de belle montagne et de plaine, les maisons en dur pimpantes.

Je suis arrivée au terminus, Thaton, à 13 h 15 comme prévu. J'avais repéré quelques guest houses sur le Lonely planet. J'étais en train de le consulter quand un anglais, grand et déguingandé, d'à peu près mon âge m'a proposé son aide et m'a conseillé une GH indiquée dans le LP, au bord de la rivière. Comme il était en train de manger un cornet de glace, je lui demandé où il l'avait achetée. En allant à la GH j'ai rencontré 3 jeunes anglais cherchant la même chose que moi mais en plus difficile : une chambre pour 3.

Me voici donc installée dans mon petit paradis : un bungalow à toit de chaume, au bord de la rivière (cf la vue de chez moi), une belle chambre avec placard, TV, une belle salle de bain avec grande douche délimitée avec bac et rideau (ceux qui connaissent la Thaïlande reconnaitront le luxe que cela représente) et une superbe terrasse surplombant la rivière. Tout cela au milieu des arbres et des fleurs. Et pour la modique somme de 20 € par jour avec petit-déjeuner. En revanche, le matelas est bien thaï, c'est à dire dur comme du bois. Je ne sais combien de temps je vais rester là mais je crois que cela mérite de s'y poser.

Thaton se situe au nord de la Thaïlande, près de la frontière birmane. Ce soir, j'irai probablement diner de l'autre côté de la rivière où il y a des restaurants.

dimanche 19 février 2012

NE PAS PERDRE LE NORD

Chiang Dao, dimanche 19 février 2012

Le voyage de Chiang Mai à Chiang Dao s'est effectué sans difficulté. D'abord un tuktuk pour aller à la gare routière, billet pris au guichet pour 1 € pour 85 km. Les cars partent toutes les demi-heures et celui-ci est bien parti à 10 h. La route à 4 voies est excellente comme pratiquement toujours en Thailande. On était plutôt serrés car à 3 sur des banquettes d'une largeur pour 2 et pour la 1ère fois de ma vie, j'ai eu l'impression d'avoir un gros cul. J'étais la seule occidentale. Mon voisin, un vieux monsieur, me faisait signe d'attendre quand je demandais si je devais descendre à chaque arrêt et m'a avertie quand ça été le bon.

L'arrêt du car se situe sur la route principale dans ce qui semble un village s'étendant tout au long. Dès la descente, je suis accostée par un chauffeur de taxi-santaew (le seul) qui me montre une liste des principaux points d'intérêt de la région dont les guest-houses avec les tarifs (en l'occurence presque 4 €). Le trajet me montrera qu'effectivement, les guest-houses sont très éloignées et isolées du village.

En arrivant, c'est une agréable surprise : la GH est un petit resort avec des bungalows à l'extérieur en bambou et l'intérieur coquet en bois. L'établissement est tenu par un couple anglo-thaï d'un certain âge. L'homme est anglais, grand et mince, d'allure très gentleman. La femme thaïe qui s'occupe de l'accueil et est chef de cuisine est avenante et parle un anglais qui me semble parfait (il faut dire que dans ce domaine, je suis obligée d'être admirative). Elle a fait ses études de cuisine en Angleterre et sert une carte de cuisine européenne variée et de bonne réputation, dont les prix sont à la hauteur. Comme je ne suis pas venue en Thaïlande pour manger de la cuisine française, je suis allée diner à la GH un peu plus loin, des plats thaïs aux prix ad-hoc. J'y ai rencontré un couple de retraités français (les seuls dans ce coin à anglais et asiatiques) qui vivent depuis 10 ans sur leur bateau (voilier) et voyagent sur toutes les mers du monde. Actuellement, ils sont basés aux Philippines et s'octroient des vacances à terre.

Le lieu est enchanteur. Au milieu des bois, loin de tout (pas la moindre épicerie à l'horizon), les bungalows sont disséminés dans un joli jardin, avec des lieux de repos pour la lecture, pour internet, pour les jeux des enfants, et une piscine de l'autre côté du chemin de terre. La montagne (2200 m) à côté apporte la fraicheur (pour ne pas dire le froid) dès que le soleil est couché. Le petit déjeuner est raffiné et on sent l'influence anglaise.

Les grottes sacrées (comme elles le sont toutes en Thaïlande) sont le lieu à visiter dans la région. Elles se situent à 15-20 mn de marche. J'ai essayé d'y aller hier après-midi mais, malgré les allégations de la patronne sur la « platitude » de la route, j'ai trouvé celle-ci vallonnée. De plus, l'accès à la grotte se fait par un grand escalier. Je pense donc que je n'irai pas marcher dans la grotte. Je resterai donc ici à buller et reprendrai le car demain pour Thaton (au nord).

Le restaurant de la GH d'à côté étant fermé ce soir, je vais casser la tirelire (elle l'est déjà pour la chambre) et diner ici.

jeudi 16 février 2012

C'EST LE PIED A CHIANG MAI

Chiang Mai, jeudi 16 février 2012


Après 2 jours agréables passés à Luang Prabang au Laos, je suis revenue en Thaïlande, à Chiang Mai hier par avion (1 h de vol). Le commandant a annoncé la température de 33° ; heureusement, les nuits et matinées sont fraiches.


J'ai retrouvé les 2 propriétaires de la Blue House, guest-house où j'étais l'année dernière. Ils sont très amicaux et j'ai l'impression de parler à des copains. Hier soir, j'ai voulu aller m'acheter des sandales pour remplacer les miennes sur le point de rendre l'âme. David m'avait indiqué une boutique sur un plan, mais c'était compter sans mon incapacité à lire un plan. Après avoir erré, j'ai fini par trouver la boutique où je n'ai pas trouvé mon bonheur. Je suis donc allée au marché de nuit assez loin du centre. Comme il se doit, j'ai tourné dans une rue, puis une autre, puis une autre... Bref, je ne savais plus où j'étais. Il faut dire qu'en Thaîlande, les noms de rues ne sont presque pas indiqués. De toute façon, comme je ne sais pas me repérer... Tout ça pour dire que j'ai marché 3 heures parfois dans des rues isolées et peu éclairées. Je suis arrivée fourbue à 21 h... sans chaussures mais avec des ampoules. J'ai mangé mon premier pad-thaï (plat de nouilles) délicieux chez la petite dame qui a 3 tables installées dans la rue où je suis allée plusieurs fois l'année dernière.


Ce matin, je me suis réveillée à 8 h 30 et après un petit déjeuner à la Gh, je suis partie à la recherche des fameuses sandales dans une boutique repérée à proximité, mais ce n'était pas encore ouvert.


Je vais rester là 3 ou 4 jours avant de monter au nord, destination non encore déterminée.

jeudi 12 janvier 2012

L'UNE PART, L'AUTRE ARRIVE

Bangkok, mercredi 11 janvier 2012

Toujours le même problème de connexion wifi (le n° de clé de sécurité wifi de la GH ne correspond pas), je suis donc obligée d'aller dans un cybercafé. J'ai eu le même problème au cybercafé mais la patronne a modifié la clé de sécurité et ça marche. Mais je ne comprends toujours pas pourquoi les autres ordinateurs se connectent et pas le mien (j'ai quand même rencontré quelqu'un qui avait le même problème. Hier, j'ai pu consulter mes messages grâce au prêt d'un laptop d'un jeune français.

Hier matin, Jacklown est arrivée à 9 h 30 mais sans sa valise, restée à l'escale d'Abuh Dhabi. Elle a été livrée à 0 h 30. Je pense que Jacklown a le mauvais oeil car elle a eu le même problème l'année dernière au retour où sa valise était restée à l'escale de Moscou.

Hier était également le dernier jour de séjour d'Anne-Marie. Elle a souhaité visiter le Wat Pho. Je suis restée à l'extérieur car j'ai une indigestion de temples à dorures et j'ai déjà visité celui-là. Ensuite, nous nous sommes promenées dans le quartier et avons traversé le « marché aux amulettes ». Nous voulions rentrer par le fleuve mais l'arrêt de notre ligne était sur l'autre rive et il aurait d'abord fallu prendre un traversier. Nous avons abandonné ce projet pour nous réfugier dans un taxi climatisé (il était midi).

(la photo ci-jointe a été prise sur une place)

L'après-midi a été calme : un peu de jeu puis Jacklown est allée faire une sieste et Anne-Marie est allée au salon de massage proche pour un massage des pieds-jambes. Elle en est ressortie radieuse et définitivement accroc aux massages thaïs.

Nous sommes retournées diner dans le quartier chinois dans un restaurant de rue, de fruits de mer. Je me suis régalée d'une délicieuse soupe de fruits de mer et poisson à la citronnelle et au galanga pimentée. Cela réchauffe bien !

Dernière soirée de papotage toutes les trois avant extinction des feux pour Anne-Marie qui devait se lever à 6 h ce matin pour aller à l'aéroport. J'ai attendu avec Jacklown la livraison de sa valise mais à 22 h 30 nous avons abandonné pour nous coucher. La valise est arrivée à 0 h 30 quand on venait de s'endormir.

Ce matin, Jacklown a renoué avec ses habitudes thaïes au salon de massage. Je l'y ai rejointe avant d'aller au marché dans Chinatown. Elle a pu faire réparer un sac acheté l'année dernière. Elle en a profité pour en acheter un autre. Je voulais en faire autant mais il y a tellement de choix que je ne suis pas arrivée à me décider.

Nous sommes également retournées chez un des opticiens où j'avais fait faire mes lunettes l'année dernière. Nous avons été accueillies avec des verres de jus d'orange dans lesquels il y avait une orchidée. Jacklown en a commandé pour elle qu'elle ira chercher demain avant notre départ pour Phnom Penh. Elle est aussi allée à l'agence de voyage dans la gare où nous avions acheté nos billets. Elle a pris ses billets d'avion Luang Prabang (Laos)/Bangkok/Koh Samui et Koh Samui/Bangkok (avant Paris). Le jeune employé s'est montré très aimable et efficace.

Hier soir, nous avons diné dans la rue près de la gare.

Nous avons repéré une guest house dans la rue longeant les voies de chemin de fer. Le quartier n'est pas terrible mais la GH semble moderne et a une bonne appréciation dans le Lonely Planet. Si je reviens à Bangkok, je l'essaierai peut-être car je n'apprécie pas vraiment celle dans laquelle je suis.

lundi 9 janvier 2012

RETOUR A LA MAISON (BANGKOK)

Bangkok, lundi 9 janvier 2012

Les derniers jours à Koh Lanta se sont déroulés sans évènements particuliers, or un soin des pieds pour moi (grattage de la plante) et une pédicure-manucure pour Anne-Marie.

Nous sommes arrivées à Bangkok après 2 h de mini-bus et ferry et 1 h d'avion. Comme il était 14 h, nous n'avons pas eu d'embouteillage pour arriver en taxi. J'ai retrouvé la guest-house de l'année dernière, celle où Denis a ses habitudes. Elle n'est pas terrible-terrible mais offre deux avantages : pas cher et proche du métro.

Hier soir, nous sommes allées diner dans le quartier chinois. Nous avons arrêté notre choix sur un restaurant de rue (les tables installées sur le trottoir) spécialisé dans les poissons et fruits de mer. Nous avons pris toutes les deux la même chose, du crabe au curry. Dommage que nous n'ayons pas partagé 2 plats différents car c'était bon mais le goût du curry l'emportait nettement sur celui du crabe.

Ce matin, nous sommes retournées dans Chinatown qui a un aspect très différent le jour de la nuit. Nous avons navigué à travers les petites ruelles parmi les colifichets, chapeaux, sacs, etc. et les étals d'alimentation. Nous avons rencontré un vieux chinois ancien professeur de français qui parlait un français parfait et nous a donné des renseignements sur ce que nous voyions. Nous avons ainsi appris que les monceaux de sacs contenant ce qui ressemblait à des tuyaux-gauffres sont... des intestins de baleines. Nous sommes rentrées à midi, vannées après 3 heures de piétinement.

Après un repos aux heures chaudes, nous sommes reparties à 14 h 30 ; d'abord au MBK pour mon problème d'ordinateur (cf plus bas), puis visiter la maison de Jim Thomson que j'avais vue l'année dernière mais que j'ai eu plaisir à revoir, d'autant plus que notre guide (jeune fille) francophone avait beaucoup d'humour.

Nous voici de retour à 17 h 30. Ce soir, nous dinerons probablement dans le quartier. Anne-Marie a vu des poissons grillés vendus dans la rue et en a très envie. Demain matin, j'aurai le plaisir d'accueillir Jacklown.

J'ai un problème de taille : impossible d'avoir une connexion wifi. Le réseau de la GH est marqué excellent mais avant même de demander le mot de passe, cela bloque en indiquant « Windows n'a pas pu se connecter à la GH ». J'ai d'abord pensé que cela venait de la GH puisque j'avais eu un problème similaire l'année dernière (mais mon informaticien préféré avait détecter que le modem était éteint). Mais quand j'ai vu des clients français connectés sans problème, j'ai commencé à m'inquiéter. Après les manips d'usage (recherche du problème), je suis allée aujourd'hui au MBK (immense centre commercial) et soumis mon problème à un employé. Il a vérifié et s'est connecté sans problème. Je lui ai demandé si je pouvais m'installer et dormir dans son magasin, à tout hasard...

Je suis donc de retour à la GH avec toujours mon laptop inutilisable en ligne. J'ai essayé d'utiliser l'ordinateur en libre-service à la GH mais j'ai dépensé plusieurs pièces de monnaie sans même pouvoir entrer dans ma BAL Gmail : je ne connais pas le clavier qwerty/thaï (et la plupart des touches sont effacées). J'irai ce soir voir si je peux me connecter d'un café ailleurs. Denis, tu me manques !

Si je n'arrive pas à avoir la connexion wifi ici à la GH, ne vous inquiétez pas de ne plus avoir de mes nouvelles. Je vais quand même essayer de passer ce message sur mon blog.

vendredi 6 janvier 2012

RIEN DE NEUF

Koh Lanta, vendredi 6 janvier 2012

Que mon fan club ne s'inquiète pas, je n'ai rien publié parce que... je n'ai rien à dire. Je sais que cela n'a jamais été une bonne raison pour me faire taire mais c'est enfin arrivé.

Tous les jours la plage, le ciel et la mer bleus, la routine quoi.

Retour à Bangkok après-demain. Réveil de grand matin pour le ramassage par le bus à 7 h 20 et avion à midi. J'aurai certainement à raconter de Bangkok.

mardi 3 janvier 2012

REVEILLON, PLUIE ET DEMENAGEMENT

Koh Lanta, mardi 3 janvier 2012

Le diner du réveillon a commencé à 19 h. Il était composé d'un buffet de plats thaïs délicieux, agrémenté d'animations diverses : danses thaïes, manipulation d'une barre de feu sur la plage, jeux (en anglais). Comme toujours, nous étions les seules françaises. Nous avons également profité des feux d'artifices sur la plage des hôtels voisins. Cela n'a pas suffit à me distraire et je suis rentrée dans mon bungalow à 21 h 30 pendant qu'Anne-Marie restait pour la suite des réjouissances.

Après quelques pages de mon roman en cours, j'ai éteint la lumière et dormi à 22 h 10 pour me réveiller à 8 h 40 ! Je n'ai même pas entendu le feu d'artifice tiré à côté de mon bungalow (à quelques mètres).

En se levant le 1er janvier, nous avons constaté, comme les prévisions météo l'annonçaient, la pluie. Elle est tombée sans une minute d'interruption toute la journée et toute la nuit. On se serait cru en Bretagne, la température mise à part. Cela a donc été une journée jeux et lecture.

Hier matin, lundi, le ciel était toujours gris mais la pluie se faisait plus légère pour disparaître vers midi. A 11 h 30, Nouy, notre chauffeur de taxi, est venu nous chercher comme convenu pour nous accompagner à notre nouvelle GH, qui est celle dans laquelle j'étais en mars dernier. Outre que c'est confortable et joli, elle a l'avantage de coûter la moitié de ce qu'on payait dans notre resort précédent. J'ai donc retrouvé les 6 bungalows en bois sur pilotis, avec le beau balcon-terrasse. Les propriétaires, Caroline et Bamon étaient très contents que je revienne.

Dans l'après-midi, le ciel est devenu bleu et le soleil de retour. Nous avons passé 2 heures agréables sur la plage avec le soleil plus très agressif et un petit vent favorisant le séchage après une baignade dans la mer à point pour moi (je l'évalue à 28°).

Ce matin, le ciel est à nouveau bleu avec quelques nuages à l'horizon. Les prévisions météo annoncent un peu de pluie dans la journée, mais 30°. Nous envisageons de prendre un taxi pour aller sur la côte ouest de l'ile où je prendrai peut-être quelques photos pour agrémenter ce blog.

samedi 31 décembre 2011

JOURNEE MARINE

Koh Lanta, samedi 31 décembre 2011

Prises hier matin à 8 h 30 à notre hôtel pour un trajet de 20 mn jusqu'au bateau à Saladan (ville principale de Koh Lanta) qui nous emmène la journée voir les 4 iles : Ngai, Cheuk, Kradan and Mook avec la grotte émeraude (l'eau y est verte transparente). A chaque arrêt, il y a possibilité de faire du snorkelling (prêt de masques et tubas) mais je me suis contentée de nager autour du bateau. Malheureusement, le bateau est on ne peut plus basique : pas de siège ni d'ombre, nous devons nous asseoir parterre sur le pont. Nos fesses en gardent un souvenir cuisant. Le patron de l'hôtel nous conseille les massages (à qui profite le crime...).

Un pique-nique est organisé sur la plage avec riz, salade de légumes et fruits de mer, courgettes en sauce, cokacola et eau à volonté, le tout est délicieux. Sur le bateau, il nous est proposé un énorme plat d'ananas frais découpé. Nous rentrons à 18h 30 (il fait nuit) et nous pouvons admirer le coucher de soleil sur la mer.

Nous rentrons vannées et n'avons pas le courage d'aller jusqu'au village pour diner. Nous prenons donc une soupe au restaurant de l'hôtel. Cela nous suffit compte tenu du déjeuner tardif.

Ce matin, comme annoncé par la météo, le ciel est gris et nous attendons la pluie aujourd'hui et demain (la température est descendue à 29°). Cela n'empêchera pas le diner de réveillon ce soir (à partir de 19 h !). Nous nous reposerons donc toute la journée pour être en forme ce soir.

jeudi 29 décembre 2011

BEL HOTEL ET WIFI POUSSIF

Koh Lanta, jeudi 29 décembre 2011

Transfert à notre nouvel hôtel hier à midi. Nous prenons nos quartiers dans un bungalow neuf. La chambre est grande, avec 2 lits, un mobilier moderne composé d'un bureau, un petit réfrigérateur et une table avec bouilloire-thé-café soluble, une armoire, une salle d'eau moderne et jolie, une terrasse devant le jardin à l'avant et une petite terrasse pour sécher le linge à l'arrière. Le petit déjeuner en libre service est royal, la plage immense et presque déserte (on se demande où sont les touristes qui ont fait le plein dans les hôtels).

Hier soir, nous sommes allées diner au village dans un petit restaurant pas cher car j'ai des problèmes de trésorerie : ma carte Visa BNP ne fonctionne pas et j'ai atteint mon plafond hebdomadaire avec ma carte Boursorama. J'ai demandé un retrait exceptionnel mais cela ne fonctionne qu'en France.

Je viens de téléphoner à Boursorama (merci Skype) qui me confirme que le retrait exceptionnel n'est valable qu'en France. Après 15 mn de négociation et vérification de mon compte, on m'accorde l'augmentation de plafond de retrait mais... il sera opérationnel dans 3 jours ! Bravo les banques françaises (toujours pas de réponse de la BNP, comme à la question précise que j'avais posé en avril dernier). Heureusement que je suis avec Anne-Marie qui peut me dépanner.

Demain, nous avons prévu de passer la journée à voir les 4 petites iles environnantes. Il faut en profiter car la météo annonce de la pluie pour le 1er janvier, avec toutefois 32°. Ce soir, nous avons eu une petite averse.

J'ai passé presque l'après-midi à me battre avec l'ordinateur et le site AirAsia pour faire une réservation de vol pour notre retour à Bangkok. Je ne sais si la difficulté est due au site AirAsia (avec lequel j'ai souvent des problèmes) où la connexion wifi très faible. J'ai fini par avoir ma résa mais j'ai dû faire preuve de la légendaire patience thaïe. Serais-je en train de me « thaïfier » ?

Je n'ai pu qu'à prier les dieux de la météo que le beau temps sera au rendez-vous demain pour la mini-croisière.

- page 1 de 2