Luang Prabang, jeudi 2 février 2012


Hier matin, après un petit déjeuner roboratif, nous avons traversé la Nam Khan (affluent du Mékong) au confluent du Mékong par un petit pont de bambou. Nous apercevions le village en face de Luang Prabang, surtout les cultures en espaliers au bord de la rivière. Une grimpette (dur-dur) nous a menés au village de Ban Xang khong, spécialisé dans le tissage de la soie sauvage et la fabrication de papier artisanal. Nous nous sommes arrêtés dans un atelier où l'on voit travailler des femmes à plusieurs étapes de la fabrication : filage, bobinage, tissage. 

Des échantillons de végétaux utilisés comme colorants avec un tableau décrivant les couleurs obtenues sont présentés. Jacklown et moi nous sommes laissées tenter par de belles écharpes aux couleurs chatoyantes achetées chez un petit artisan et non au grand atelier avec show-room (3 fois plus cher). Après 3 heures de balade, nous avons retraversé par le même pont pour nous écrouler à l'ombre d'une terrasse pour un jus de fruit bien mérité, Denis et Jacklown préférant la bière.


Le soir, nous sommes retournés au marché de nuit où Jacklown a refait un tour des étals de produits « artisanaux ». Puis, nous avons été au marché d'alimentation acheter des assiettées de divers légumes (1 €) en libre service et j'y ai ajouté un blanc de poulet grillé en brochettes. Délicieux !


Ce matin, même petit déjeuner (on prend vite des habitudes) et exploration du village de l'autre côté du Mékong traversé par la navette-traversier. La montée au village de Ban Xien Maen a été difficile pour moi car la côte est longue et j'ai cru y laisser mes poumons. Traversée du village en long et en large, rien de transcendant mais on voit un peu plus de vie laotienne qu'à Luang Prabang plus aseptisée et occidentalisée. Le clou de la promenade a été la descente à l'embarcadère. J'étais contente à l'idée de descendre la côte qui m'avait tant fait souffrir à l'arrivée mais Denis, qui n'est jamais à court d'idées, a suggéré de descendre par un escalier de bois. Il faut reconnaître que l'option semblait séduisante jusqu'à ce qu'on s'aperçoive (trop tard) que l'escalier s'arrêtait au milieu de la colline ! On a donc continué à pied comme des chèvres. Malheureusement, la photo ne donne pas une juste idée de la hauteur et de l'a-pic. Non seulement, je ne suis plus très sportive mais en petites sandales à semelles lisses, cela relève de l'exploit. Je regrette seulement que la performance n'ait pas été homologuée et que mon mérite ne soit pas reconnu à sa juste valeur.


Demain matin, Jacklown part à 5 h 30 pour prendre l'avion pour Bangkok puis Kho Samuy chez ses amis. Je partirai 2 h plus tard avec Denis en bateau (7 h) pour remonter la Nam Khan jusqu'à Nong Khiaw au nord, où j'étais allée l'année dernière par la route. Ensuite, je ne sais si je continuerai plus au nord avec Denis que je devrais de toute façon laisser pour qu'il continue son périple vers la Chine où il doit passer 4 mois. Ensuite... wait and see (comme dit Denis « humide et mer »).